Des voyages 100% partage !

Île de la Réunion : La diagonale des fous !

L’univers des ultra-trails

Juste avant mon road-trip à Madagascar en vieille Peugeot break, nous nous sommes rendus avec Vincent sur l’île de la Réunion à 1h d’avion de là. Vincent, c’est Monsieur journal du trek & journal du trail.

Tu t’en doutes avec de tels sites web, il est habitué aux gros efforts physiques en pleine nature et ça tombe bien : Pendant notre semaine à la Réunion se déroulait le Grand Raid 2016. Vincent n’a pas résisté à l’appel de ce magnifique terrain de jeu qu’est l’île avec ses incroyables paysages parsemés de volcans et de crêtes à gravir et m’en parlait depuis des mois : Il voulait absolument participer à cet événement connu mondialement par les initiés.

Trois différentes épreuves sont proposées par les organisateurs de la course :

La Mascareignes > 64 km |  3700 m de dénivelé positif | 1555 participants | Descriptif ici
Le Trail de Bourbon > 111 km | 6570  m de dénivelé positif | 1474 participants | Descriptif ici
La Diagonale des Fous > 167 km | 9920 m de dénivelé positif  | 2496 participants | Descriptif ici

Vu qu’il avait déjà plusieurs courses longues distances dans les jambes avant de venir et qu’il ne connaissait absolument pas la Réunion, Vincent s’est inscrit au trail de Bourbon : Une mise en jambe de 111 km !

Je ne connaissais absolument pas cet univers particulier qu’est l’ultra-trail, j’en ai profité pour suivre la course de l’intérieur et découvrir l’envers du décor d’un tel événement.

LE PARCOURS DE 111 KM

Pour cette édition du trail Bourbon, les concurrents se sont élancés du village de Cilaos en plein cœur de l’île pour se diriger vers le nord sur la ligne d’arrivée située à Saint-Denis sur la côte.

Pour se lancer dans ce genre de défi, une bonne préparation est indispensable : Personne ne prend les ultra-trails à la légère. Il faut montrer patte blanche aux organisateur qui demandent d’avoir participé à d’autres courses pour pouvoir s’inscrire. Le règlement est assez strict, il est consultable ici.

RDV au départ à Cilaos

Cette année 36 nationalités sont représentées sur la ligne de départ. Tous se retrouvent à Cilaos pour effectuer les derniers contrôles obligatoires (dossard, puce électronique, matériel de survie…) et font le vide avant d’attaquer les 111 km de l’épreuve.

Chacun gère les dernières heures à sa manière, repos pour certains, échauffement pour d’autres, détentes entre amis…

Faire le vide avant la course, c’est tout un art :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-1

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-3

Vincent étudie une dernière fois le dénivelé :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-4

Les bénévoles s’occupent du confort des coureurs avec un grand sourire :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-2

Vérification du matériel obligatoire avant le départ :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-7

Test de la puce électronique :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-11

LE MATÉRIEL OBLIGATOIRE *

S’agissant d’épreuves en semi-autonomie, les compétiteurs sont autonomes entre les ravitaillements sur les plans alimentaire et de la sécurité. En plus du dossard, bracelet de course et puce électronique, un sac à dos contenant le matériel suivant :

– 1 lampe frontale et piles ou batteries de rechange,
– 1 couverture de survie d’une dimension minimum de 1,4m x 2m,
– 1 réserve d’eau d’un minimum d’un litre,
– 1 sifflet,
– 2 bandes élastiques adhésives permettant de faire un strapping, d’une longueur minimum de 2,50 m et de 6 à 8 cm de largeur,
– 1 réserve alimentaire constante et suffisante pour relier les points de ravitaillement,
– 1 vêtement de pluie imperméable avec capuche, et coutures thermo-soudées.
– 1 vêtement chaud type « seconde peau » à manche longues en tissus technique adapté à l’environnement,
– 1 gobelet par personne (réutilisable)
– 1 pièce d’identité

En plus de ce minimum vital obligatoire, l’organisation conseille d’avoir un téléphone mobile, le carnet de route, une deuxième lampe frontale, un briquet, un couteau, de la ficelle, de la crème solaire, des vêtements de rechange, de l’argent…

* Dans le règlement fourni par l’organisation

Un dernier coucou aux amis et à la famille venus encourager :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-10

Vincent se filme et livre ses impressions en direct (vidéo en fin d’article) :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-8

Andrea & Eric préparent leur sac à dos avec minutie, chaque détail compte :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-9

Un dernier sourire avant de rejoindre la ligne de départ, les têtes sont encore fraîches :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-5

La tension monte doucement, le coup de feu approche. Chacun se concentre :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-6

Les proches sont eux aussi tendus pour leurs héros du jour :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-12

21h, le départ est lancé avec un feu d’artifice !

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-14

C’EST PARTI !

Ils sont près de 1500 coureurs sous une fine pluie sur la ligne de départ :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-13

Quelques heures plus tard, juste avant le ravitaillement de Bélouve après 20 km de course le peloton est déjà éclaté. Les coureurs arrivent par petits groupes :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-15

Les « ravitos »

LES BÉNÉVOLES METTENT L’AMBIANCE !

Après quelques heures de route, je me suis rendu sur l’un des 14 ravitaillements du trail de Bourbon permettant aux coureurs de se ressourcer, boire, manger, se changer, se faire soigner… Bénévoles, équipes médicales, et spectateurs : Tous encouragent avec passion chaque concurrent et leurs donnent l’énergie indispensable pour avancer.

Altitude et kilométrage des ravitaillements :

trail_de_bourbon_2016

Au 20ème km de la course, le gîte de Bélouve :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-16

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-18

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-17

LES CHIFFRES FOUS DE LA DIAGONALE *

Les quantités de produits utilisés sont à sa hauteur de l’événement : Ils donnent le tournis ! L’acheminement des marchandises aux différents ravitaillements se fait quelques jours avant la course, une incroyable logistique bien rodée par l’expérience des années. 2016 était la 28ème édition !

– Gobelets > 60000
– Bananes > 14000
– Oranges > 800 kg
– Pommes > 650 kg
– Fruits secs > 600 kg
– Coca Cola > 4000 litres
– Eau > 22700 litres
– Cuisses de poulet > 1860 kg
– Pain frais > 2500 baguettes
– Riz > 650 kg
– Sacs poubelle > 1400
– Sachets de soupe > 8300 assiettes…

* Données fournies par les organisateurs

Il est 3h du matin, le sourire est toujours là :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-20

Ces trois réunionnais courent entre amis :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-19

Les premières ampoules sont déjà là :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-21

Et malheureusement les premiers abandons aussi :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-22

LA FIN AVANT L’HEURE

L’abandon : La bête noire que les participants veulent éloigner de leurs idées malgré les souffrances. S’il abandonne, le concurrent doit obligatoirement prévenir le responsable du poste de contrôle le plus proche et lui remettre son dossard afin qu’il soit neutralisé.

Jeter l’éponge ne fait pas partie de la mentalité des traileurs, la majorité est venue avec pour objectif de terminer l’épreuve et rares sont ceux qui sont là pour la gagne. Être un finisher est leur plus belle récompense. Malgré les douleurs, l’abandon ne sera envisagé qu’en cas de forte défaillance ou de blessure.

Dans de plus rares cas, il y a aussi la disqualification par décision des organisateurs :

– Etat physique ou psychique du concurrent jugé inapte à la poursuite de l’épreuve sur avis d’un médecin
– Refus de se faire examiner par l’équipe médicale durant l’épreuve
– Jet de détritus
– Absence de sac ou tout autre contenant permettant de transporter le matériel obligatoire
– Triche (utilisation d’un moyen de transport, partage de dossard,…)
– Absence de passage à un point de contrôle
– Pointage au-delà de l’heure de fermeture d’un poste de contrôle
– Refus de contrôle anti-dopage

Des paysages grandioses !

En plus du défi physique immense que représente ce trail, les participants viennent également chercher le dépaysement avec de nombreux sentiers traversant des paysages incroyables. Au petit matin, après une nuit sur la route, je me suis rendu au Piton Maïdo dans le cirque de Mafate pour rejoindre l’un des ravitaillements et profiter de l’un des plus beaux panoramas réunionnais.

07h du matin, l’hélicoptère filme les coureurs dans la montée du Maïdo :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-24

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-23

Une fois le sommet franchi, le panorama est vraiment impressionnant !

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-48

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-25

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-30

Certains prennent même le temps de prendre des photos souvenirs !

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-28

2 courses se sont rejointes, les dossards jaunes parcourent les 167 km de la Diagonale des Fous :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-26

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-29

Andrea a terminé 3ème de sa catégorie (Masters 1 femmes) en bouclant les 11km en 25h45mn47s, ici après le Piton Maïdo :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-27

J’AI RETROUVÉ « VINCE » !

Enfin ! Après s’être manqués de peu au gîte de Bélouve j’ai réussi à retrouver Vincent parmi tous les concurrents. Il était en petite foulée juste après la montée d’1 km de dénivelé s’il vous plaît !

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-36

Après 59 km de course, le visage commence à être marqué mais la motivation n’a pas baissé :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-35

LE RÉCIT DE SA COURSE (LIEN ICI)

Passage de sa puce électronique au ravitaillement Maïdo Tête dure :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-37

On retrouve de plus en plus de « fous » en dossard jaune, ils viennent de rater deux nuits et en sont à 109 km de course :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-31

Le besoin de repos est de plus en plus fort, les arrêts aux ravitos de plus en plus longs :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-33

Je peux te garantir que ce n’était pas beau à voir (Aye aye aye !) :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-34

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-32

Après le ravito, Vincent en mode digestion juste avant l’arrivée des nuages :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-49

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-38

Les derniers efforts

A 21 km de l’arrivée juste avant le ravito de la Possession :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-39

Le soleil fait de plus en plus mal aux athlètes, la « douche » s’impose :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-42

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-41

Un peu de repos à l’ombre devient parfois indispensable avant de repartir :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-43

Comme à chaque ravitos, les amis venus encourager sont là et reboostent pour quelques kilomètres le moral des troupes :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-40

Sur l’ancien chemin de fer :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-44

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-50

Les pavés du chemin des anglais sont un enfer pour les cuisses :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-45

9 HEURES DE CONDUITE !

Moi aussi j’ai fait mon « grand raid » ! J’ai lutté contre le sommeil mais ne regrette rien, l’expérience en valait largement la peine :

PRÈS DE 500 KM DE VOITURE !

L’arrivée à Saint-Denis

Les proches ont attendus et suivis la course en direct (sur le live de la course) pour rejoindre l’arrivée en même temps que leur champion :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-46

Bravo Vincent, tu as géré comme il faut ! Pour info, il a terminé l’épreuve en 29h33mn17s et se classe 228ème au scratch et 61 en Masters 1 hommes :

le-grand-raid-2016-la-reunion-jaimelemonde-47

LE TWEET DE LA FIN :

ET OUI, ILS SONT COMPLÈTEMENT FOUS !

Cet événement est tout simplement incroyable. Je n’ose imaginer le nombre de personnes directement touchées par le Grand Raid : Bénévoles, équipes médicales, athlètes, familles et amis, hôtels et restaurants, forces de l’ordre, … Le tout dans une ambiance géniale !

Moi qui ne cours (presque) jamais, j’étais ultra motivé pour ma lancer dans l’ultra trail… Mais depuis j’ai réfléchi, et non : Trop de souffrances pour que j’y prenne plaisir.

En effet, faut un côté sadomaso pour faire du trail… T’en penses quoi Vincent ? D’ailleurs, il faudrait également parler de la posture des traileurs les deux jours suivants leur course 😉

La vidéo de Vincent

Dernière mise à jour par le .


Commentaires

  • Mat
    Jan 23, 2017 at 1 h 22 min Reply

    Elle me fait bien envie cette autre diagonale !
    Je vais me la faire aussi, mais sans courir, et en battant un nouveau record de lenteur 😉
    Bonne année au fait !

  • Vincent Gaudin
    Jan 5, 2017 at 17 h 22 min Reply

    Merci Julien pour ce superbe reportage!

    L’épreuve semble effectivement hors norme pour le quidam. Courir 10km est déjà épuisant pour celui qui ne court jamais alors comment penser une course de plus de 100km, en montagne qui plus est. Oui c’est difficile et il faut beaucoup s’entrainer.
    En revanche le ressenti est extraordinaire. Je ne connais pas grand chose d’aussi enrichissant, c’est un accomplissement. Je ne vais pas en développer les raisons ici, mais croyez moi c’est très fort.

    Vincent

    1. Julien
      Jan 6, 2017 at 9 h 43 min Reply

      Un beau défi de plus que tu peux rayer de ta liste 🙂

Laisser un commentaire


Copyright 2011 - 2016 jaimelemonde.fr

Ce site est développé sur wordpress avec un thème de beantowndesign.com